Le végétal et la ville

 

La Châtre se situe au cœur du Boischaut Sud, relief doucement vallonné composé d’un maillage de haies bocagères. Depuis quelques années, la prise de conscience de l’importance de cette identité paysagère influe sur le regard que nous portons sur la végétalisation en ville et a entraîné une réflexion globale quant aux ambiances végétales, aux méthodes d’entretien et de taille.

Avec une démarche amorcée en 2015 dans le quartier du P’tit Mur, choisi pour sa proximité avec la rivière, la ville s’est pleinement engagée dans un changement de pratiques et a signé en 2016 la charte « Objectif zéro pesticides dans nos villes et villages » avec le Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement (CPIE) et Indre Nature.

Les arbres centenaires

 

font partie de l’identité du cœur de ville à commencer par le cèdre qui marque l’entrée principale de la ville dans le bas de la rue Nationale, les tilleuls et les érables planes des jardins de la mairie et de l’hôtel de Villaines, les séquoias du square George Sand… Après des décennies de plantations plus ponctuelles, il a été repris depuis quelques années une réintroduction d’arbres dans le centre. Ainsi, d’autres essences sont venues enrichir les espaces nouvellement créés, sophoras, quercus, pins sylvestres, gleditsias, zelkowas des places du Général de Gaulle et de la Place Guy Bonjour.

En 2018, les plantations se sont concentrées principalement dans les zones résidentielles des HLM de Laulière où les floraisons saisonnières ont été privilégiées dans ce parc déjà arboré, du Moulin à Vent avec une sélection végétale correspondant à l’ambiance environnante des potagers comme certains prunus à fleurs, des fruitiers… et de Périgois avec un complément d’arbres d’ornement.

Le parc des bassins d’orage, le Domaine du Parc, est emblématique de l’évolution du regard et des pratiques à La Châtre avec depuis 2017 sa transformation en un espace naturel (seul un fauchage annuel est effectué avec des tontes uniquement en périphérie et le long des allées). C’est un lieu qui s’est révélé être de grande valeur, aussi la ville a le souhait de le faire évoluer en arboretum, une étude a été amorcée au printemps 2018.

La gestion

 

La Châtre a obtenu le grand prix départemental en 2010 puis a gagné à nouveau une 1ère fleur en 2011 et une 2ème fleur en 2013. À partir de 2013, la Municipalité a souhaité faire évoluer de façon importante le fleurissement de la Ville, fleurissement qui reposait pour la plupart sur des fleurissements saisonniers avec plants annuels. Toute une réflexion a débuté avec la création des premiers massifs de plantes vivaces (Place du Général De Gaulle puis Place Guy Bonjour).

En 2016, devançant la mise en place de l’interdiction des produits phytosanitaires en collectivités, la Ville de La Châtre a signé avec la Région Centre Val de Loire la charte « Objectif zéro pesticides dans nos villes et villages » et a démarré la mise en place de la Gestion différentiée des Espaces publics.

Ainsi, la Ville a été divisée en 5 types d’espaces (Gestion intensive, semi-intensive, naturelle, champêtre et fonctionnelle), incluant les espaces verts mais également la voirie.

Les services municipaux ont été ainsi amenés à revoir leurs pratiques et à regarder différemment le végétal dans la ville. Désormais, les nouveaux massifs reçoivent un dispositif d’arrosage goutte à goutte, des rétenteurs d’eau sont mélangés aux terreaux lors des plantations. Lors de la conception des massifs, les plants sont également choisis en fonction de l’emplacement et de l’ensoleillement, afin de tenir compte du besoin en eau des plantes.

Par ailleurs, le paillage des massifs est systématique : coques de cacao sur les massifs d’annuelles, plaquettes issues de filières agricoles locales (tailles de haies de champs), broyat issu de tailles effectuées par les services de la ville. La ville privilégie également l’approvisionnement de ses plants auprès de ses 3 pépiniéristes et producteurs locaux.

Nous recourons également à des semis de pieds d’arbres. Les trottoirs ensablés sont enherbés et entretenus à la débroussailleuse. Les espaces de centre-ville sont traités par chauffe à haute température (Ripagreen). Un partenariat est en place avec un centre d’aide par le travail pour l’entretien manuel des chemins, des berges et de certains quartiers. La promenade des bords de l’Indre est, elle, entretenue par une association d’insertion productrice de fruits et légumes. Le type de taille a également évolué : les services privilégient désormais une taille douce et respectueuse des arbres et des arbustes.

Tout ceci a pu se mettre en place grâce à l’étroite collaboration entre élus et agents et aux formations régulières de ces derniers chaque année par l’intermédiaire du centre de gestion et du CNFPT.

Animations, promotions

 

Afin de faire connaitre les évolutions de la politique de fleurissement, la Ville communique régulièrement en organisant des conférences de presse et des articles dans la presse. Sur 2018, la ville a également mis en place des QR codes dans certains massifs permettant à chacun de connaitre les plants du massif. Des partenariats avec des associations comme la Société d’Horticulture de l’Indre (Flore et Vertumne) ou l’Association du Quartier du P’tit Mur permettent également d’échanger sur les pratiques et sur les végétaux mais également d’impliquer les membres dans le fleurissement effectif des quartiers. Une journée d’échange avec des communes du Cher a également été organisée, sous l’égide de la Chambre d’Agriculture du Cher, afin de présenter la démarche mise en place à La Châtre et d’échanger sur les nouvelles pratiques.

Comme chaque année, le concours des Maisons fleuries a récompensé 16 habitants impliqués. En 2017, l’animation «Tricofil » a vu le jour dans le Square George Sand, entre autres lieux qui se sont vu habillés de tricots.

En 2018, la ville a organisé une Quinzaine des Folles Herbes. Cette manifestation a débuté par une exposition en Mairie sur l’Objectif Zéro pesticide, qui a accueilli des administrés et des scolaires. Elle a été également ponctuée par une réunion publique avec Indre Nature et le CPIE Brenne-Berry ainsi que l’association de Quartier du P’tit Mur et la Société d’Horticulture de l’Indre sur le zéro phyto. Des sachets de graines pour pieds de murs ont été distribués à cette occasion. Enfin, la Quinzaine s’est conclue par la projection du film « Guerre et Paix dans le potager », suivi d’un débat (Voir articles en annexe).

La ville a, en parallèle, communiqué par voie de presse sur les enjeux de la Gestion Différentiée et, notamment, sur le passage du Domaine du Parc en Espace Naturel. Par ailleurs, depuis 1995, dans une démarche globale d’embellissement de la ville, il a été mis en place un dispositif de subventions municipales pour les ravalements de façade et les réfections de toiture (180 dossiers acceptés sur les 10 dernières années, soit 245 000€ versés).